« Miss Nucléaire » : un roman augmenté

(CC) Creative commons – Pef

(CC) Creative commons – Pef

Miss Nucléaire sera un « roman augmenté ».

Chacun de ses 50 chapitres pourra être accompagné, illustré et complété sur Internet grâce à un QR code à la fin de chaque chapitre. Musiques, films, textes inédits et documentations permettront d’aller plus loin dans la lecture de ce roman.

Le lecteur de Miss Nucléaire n’aura plus qu’à flasher et se laisser guider. Attention  : ces chapitres contiennent des spoils ! Il est conseillé de consulter ces chapitres (via leur QR code) au fur et à mesure de la lecture du roman intégral. Voici la liste des chapitres, avec un extrait et le lien web (lien court) correspondant :

Exergue et dédicaces

Chapitre 1 – Qu’as-tu fait, Olympe ?
« Je te promets que je viens aussi vite que je le peux. Si tu sens un danger quelconque, ne réfléchis pas : cours, ma fille, cours ! Détale sans demander ton reste.« 

Chapitre 2 – Arias est un homme mort
Au coin de la rue des Belles Manières et de la rue Dorée, à Montargis, l’Ankara, un café modeste tenu par un Stambouliote sans âge, voyait se réunir chaque jour un trio d’amis.

Chapitre 3 – La fille aux tennis rouges
« Comment vous appelez-vous au juste ? 
– Ishtar. 
– Ishtar, répéta-t-il en faisant rouler onctueusement les syllabes dans sa bouche.
– Ishtar Khan, précisa la fille aux tennis rouges.« 

Chapitre 4 – Ne me la fais pas : je sais qui tu es
Arrivée en haut d’une légère montée, elle remarqua un Combi Volkswagen sans âge. Deux hommes s’affairaient autour du moteur. 

Chapitre 5 – Son âme est aussi noire que la nuit
Elle l’avait fixé quelques secondes, l’air hagard, avant d’ajouter, la voix étouffée :
« Pauvre con. »
Il l’avait vue quitter la salle et rejoindre la chambre. Lorsqu’elle était revenue, elle avait jeté aux pieds d’Ali le sac de sports qu’il transportait lorsqu’il avait aménagé à La Haye.
« Tu n’es qu’un pauvre con ! hurlait-elle maintenant. Tu montres ton vrai visage. Ton âme est aussi noire que la nuit. Je crois que nous n’avons plus rien à nous dire. »

Chapitre 6 – Le départ de l’homme de main
Elle ne s’était même pas arrêter. Il termina sa tasse de café, déposa une pièce de monnaie sur la table de bistrot et la suivit au pas de course.
« Je ne pouvais pas aujourd’hui, lui concéda-t-il lorsqu’il fut à sa hauteur. La prochaine fois, promis, je ne te fais pas faux-bond.
– Il y a intérêt. »

Chapitre 7 – Se taire
« Tu sais comment ça va se finir ? Par un procès. Et nous perdrons. Qu’est-ce qu’on aura gagné, hein ? Moi, je te le dis : que dalle. On aura gagné que dalle… »

Chapitre 8 – Et Ishtar souriait dans toute sa splendeur
Le bureau, où elle entraîna Félix Arias, était à l’image de l’idée qu’elle se faisait de son parcours professionnel et privé : grand, brillant et théâtral. Elle s’y mouvait à la manière d’une ballerine en représentation. Elle se dirigea d’un pas vif vers sa minichaine pour éteindre France Musique qui diffusait la Sinfonietta de Leoš Janáček.

Chapitre 9 – Le Gatasaray pouvait attendre

Tu disparais pendant des années pour te lancer dans une guerre qui te dépasse. On voit ta tête dans les journaux et à la télé. C’est tout juste si l’on ne te croit pas à Guantanamo. Tu reviens dans la région sans donner signe de vie. Et lorsque tu réapparais par le plus grand des hasards c’est pour venir nous faire une leçon de morale au sujet d’un événement que tu ne connais même pas. 

Chapitre 10 – Une mission sans risque particulier

Son téléphona sonna une première fois. Dana lui demandait par texto si tout allait bien et s’il avait passé une bonne journée. Il répondit par l’affirmatif, sans entrer dans les détails. Il termina par lui souhaiter bon courage pour la fin de son service. 

Chapitre 11 – Le Prince des Ténèbres

L’ouvrier avait acquiescé de la tête, hésitant avant de s’engager dans le réduit. L’autre avait insisté :
« Et tu ne traînes pas en route. Si tu croises Miss Nucléaire là-bas et qu’elle veut te faire un câlin, tu refuses. Je te donne trois minutes. Je chronomètre. Fais pas le con, surtout ! Te fais pas griller dès le premier jour : ce serait dommage. »

Chapitre 12 – Carte blanche

« Laisse tomber, Cheyenne. Il te provoque. Tu ne vois pas ? Ne joue pas à son jeu. C’est pas grave. »
Elle se retourna.
« Pas grave ? lui répondit-elle. Il m’a traitée de pute et c’est pas grave ?

Chapitre 13 – Seni seviyorum

Elle l’arrêta de la main.
« Pas la peine. »
Elle lui empoigna la nuque.
« Embrasse-moi plutôt et tais-toi. Seni seviyorum. »

Chapitre 14 – Un nouveau but dans la vie

« Mais c’est dégueulasse ! s’était insurgé Ali.
– Oui, ce genre de trucs. C’est un truc de fou mais c’est vrai. Tu peux absolument TOUT trouver. »

Chapitre 15 – Je recherche des sensations

Sans s’arrêter de rire, les lycéennes s’approchèrent pour tenter de mieux voir la manifestation. Elles se faufilèrent jusqu’à rejoindre les premiers rangs des badauds. Olympe reconnut parmi les militants Adam Ghimar, en tête de cortège.

Chapitre 16 – Des gens d’honneur

Elle était connue pour ça. İsmet Bülent ne s’y trompait pas, qui la voyait régulièrement depuis au moins sept ans. 

Chapitre 17 – Ravel

Mais elle ne l’écoutait plus. Son regard était devenu sombre. Il se perdait au milieu de cauchemars qui venaient de prendre vie, là, dans ce modeste bar. Elle voyait des brasiers, des hommes écrasés sous des décombres, des femmes hurlant, leur propre peau fondant sur elles-mêmes et des bébés en flamme.

Chapitre 18 – Pas seul

Le bourdonnement du portable fit sursauter Virgile au moment où il allait se rendormir. Il insulta l’appareil et hésita avant de répondre.

Chapitre 19 – Nous, les femmes

« Toi, fit-elle en souriant, tu nous caches quelque chose. »
– Il sursauta.
– Bien sûr que non ! Pourquoi tu dis ça ?
– Parce que tu ne sais pas mentir. Et ça, on sait voir ce genre de choses, nous les femmes. »

Chapitre 20 – Taissa Oda

Il rejoignit sa voiture et s’installa au volant. Il allait reporter cette information à son employeur. Une information qui pouvait être un moyen de pression supplémentaire. 

Chapitre 21 – La confrontation

« Lésés ? s’emporta Altan. On n’a pas été lésés : on s’est sentis comme trois pauvres cons, oui ! Nous avons été traités avec mépris, considérés comme du bétail et jetés sans plus de questions. Depuis un an, je ne travaille plus, je n’ai plus de projet, je ne vis plus. »

Chapitre 22 – C’est devant vous que ça se passe

Le professeur interrompit son cours pour s’adresser aux deux premiers rangs :
« Olympe, on est en classe. Si je te dérange, tu n’as qu’à le dire et on peut tous partir…
– Oui, madame. Pardon.
– Et c’est devant vous que ça se passe. »

Chapitre 23 – Idem

Eliot regrettait régulièrement les longues conversations musicologiques avec Aubrey. À l’époque où ils étaient ensemble, ils pouvaient discuter répertoire classique pendant des heures. Après avoir fait l’amour, ils s’installaient en tailleur sur le lit et déblatéraient comme deux étudiants passionnés. 

Chapitre 24 – C’est là que les problèmes commencent

Le lundi, il s’était réveillé en fin de matinée. Groggy, il s’était remémoré son rêve de la nuit précédente.

Chapitre 25 – Libérés

Elle s’assit sur le canapé en daim, comme pour attendre le début de quelque hostilité. Elle croisa ses longues jambes gainées dans un pantalon en similicuir noir. 

Chapitre 26 – Si l’on veut encore de moi

« Je te prévois pour l’anniversaire d’Altan ? »
L’hilarité du patron de l’Ankara était suspecte. Désarçonné, İsmet interrogea du regard ses deux compagnons. Aucun des deux ne se manifesta.
« Oui, je viendrai, si l’on veut encore de moi. »

Chapitre 27 – L’inconnu

Il tapota sur le lit la place à sa gauche.
« Viens t’asseoir et calme-toi. Il faut que l’on discute. »

Chapitre 28 – Perdre le contrôle

C’était trop facile.

Chapitre 29 – Encore raté pour toi

« Je dois décider de mon avenir. Je n’ai pas envie de me dire dans dix ans : on m’a tendue la main pour me lancer dans une grande aventure et j’ai refusé. Dommage, ma belle : tu vas devoir continuer ta vie minable. Bim, encore raté pour toi. »

Chapitre 30 – Il ferma ses beaux yeux bleus

C’est alors qu’il la vit.
La besace était déposée sur la table à manger. Entrouvert, le sac laissait voir un portefeuille, un chéquier, une trousse à maquillage, un livre de poche, un carnet et un téléphone portable.

Chapitre 31 – Hôtel des cœurs brisés

« Je t’aime, mon papa adoré. Tu es trop, trop chiant parfois mais je t’aime quand même ! »

Chapitre 32 – Son corps ne suivait pas

L’ancien ouvrier de NucleoNext logea dans ses oreilles deux écouteurs avant de mettre en marche le lecteur MP3 de son téléphone.

Chapitre 33 – La vérité est mal habillée

« Tout va bien, tout va bien, tout va bien… À d’autres ! Tu t’es regardé dans un miroir ? Tu as vu ta tête ? On dirait que tu as rencontré le diable en personne… »

Chapitre 34 – Les belles manières

« Qu’est-ce que tu fais ? se défendit-elle.
– Je danse, répondit-il. J’en ai très envie. Tu n’aimes pas ça ? »

Chapitre 35 – Si, c’est possible

Ali se tournait par moment en direction de sa petite amie, le visage éclairé par les tours de Melun. Un visage délicat, paisible mais aussi découvert, malgré la présence d’un autre homme dans la pièce. Ali soupira.
« Là », s’exclama Wahid.

Chapitre 36 – Une journée de merde

Il se dit à ce moment-là que tout ceci, peut-être, pouvait avoir une fin aussi brutale qu’injuste.

Chapitre 37 – Orospu

Elle en profita pour rester quelques secondes dans cette pièce somptueuse qui avait été une si grande source de stress.

Chapitre 38 – Tu vas voir que ça va encore être de ma faute

Le repas avait été plombant. Ayant accepté à contrecœur d’accompagner son père, il se trouvait obligé de discuter et d’accepter une conversation stérile sur l’avenir de Sivens mais aussi sur Blue & Green Planet.

Chapitre 39 – Il veut te parler

Il se leva pour rejoindre Taissa dans la cuisine. Elle ne s’y trouvait pas.

Chapitre 40 – Paradis perdu

Où retrouver les paradis perdus ? Reviendras-tu, Ishtar ? Où es-tu ? Tu me manques.

Chapitre 41 – La tranquillité

« Tu crois que je ne vois pas clair dans votre jeu ? Il nous embrouille totalement et se sert de notre accident pour ses grandes causes. Il complote dans notre dos. »

Chapitre 42 – Prendre parti

« Ça va juste être énorme ! Mais j’ai besoin que tu m’aides. Il faut prendre parti. »

Chapitre 43 – Shalimar

Nous quitterons cette ville pour habiter la campagne. Dès que nous aurons trouvé notre paradis, je planterai pour toi un arbrisseau, huluppu. Nous le choisirons ensemble dans une pépinière et nous le nommerons par ton nom.

Chapitre 44 – Il semblait qu’elle riait

Je serais désolé qu’un matin on retrouve ta fille dans un conteneur à ordures, les jambes écartées.

Chapitre 45 – Cours, ma fille, cours

La respiration lui manquait. Elle croqua la barre et la mâcha sans plaisir. Elle avait un goût amer dans la bouche et, dans sa gorge, les céréales lui semblaient comme autant de petits morceaux de cailloux.

Chapitre 46 – Je ne suis pas venu pour ça

C’était à Üsküdar, faubourg d’Istanbul, face à la tour de Léandre, sur les rives asiatiques du Bosphore.

Chapitre 47 – Non, rien

Alors qu’il somnolait, elle le détailla : les traits fins de son visage, son nez parfaitement dessiné, sa chevelure brune mais fatiguée, son interminable cou qu’elle aimait embrasser.

Chapitre 48 – Une ruine

La pièce principale était plongée dans l’obscurité. Elle ouvrit volets et fenêtres afin de faire entrer la lumière jaune pisse et dissiper l’odeur de renfermé. Une nouvelle nausée la saisit mais elle passa.

Chapitre 49 – C’est dégueulasse

La chaleur était là. C’était une chape d’acier qui vous tombait sur les épaules. Du plomb fondu, visqueux et poisseux qui vous engourdissait jusqu’à l’épuisement. Le cagnard avait conquis la région en quelques heures, tenace et surprenant.

Chapitre 50 – Miss Nucléaire

La première chose qu’ils virent en entrant ce fut la projection de couleurs vive de l’écran LCD, dans le salon.
L’appartement n’était pas vide.

Remerciements

Toutes Les illustrations sont en Creative Commons

Publicités